Hugo Villaspasa, L'ennui III, dessin 2008

Les transformations silencieuses de François Jullien

Les transformations silencieuses

De François Jullien

Ed.Grasset, Paris, 2009



En dix chapitres, cet ouvrage balaie quelques thèmes majeurs de la pensée de François Jullien. Premier tome d’une série intitulée « Chantiers », ce livre inaugure une reprise à nouveaux frais d’une recherche déjà entamée depuis Procès et création et Un sage est sans idée ou l’autre de la philosophie et toute entière consacrée à une mise en question de la tradition philosophique occidentale par le détour éclairant de la philosophie chinoise. Faire un pas de côté, se hisser au dehors de la philosophie occidentale et son histoire afin de l’inquiéter et, non seulement en dévoiler les partis pris, mais la renouveler au titre de pensée de la vie, telle est la tâche que s’est proposée notre philosophe-sinologue.

Dans son approche de la vie, la philosophie d’origine grecque s’est immédiatement imposée comme pensée de l’Etre, ontologie de l’évènement, pensée du temps, du sujet agissant. Or, ce faisant, elle a laissé s’échapper ce que sont les choses mêmes dans leur fluidité, leur mobilité, leur transition. Ce sont précisément les transformations silencieuses qui font le réel et la vie, qui en rendent comptent, que la philosophie, avec ses outils inadaptés, n’a su capter. Grandir, vieillir, aimer et se désaimer, maturations de la nature et de l’histoire, indéterminable de la transition, voilà ce qu’elle a laissé s’échapper. C’est que la philosophie pense en termes de formes déterminées, selon une méthode qui, aurait dit Bergson, reste fondamentalement cinématographique. Or concepts abstraits, cadres figés, oppositions tranchées voire contradictoires sont absentes de la pensée chinoise. Le découvrir nous donne alors une autre porte d’accès au réel et cette porte François Jullien n’entend pas seulement l’emprunter pour décrire ce réel et le penser autrement mais aussi pour s’y conduire autrement. L’idée de transformation silencieuse n’est pas purement descriptive mais également stratégique et politique. Comment transformer efficacement le monde sans passer par la pensée du but et du plan, l’obsession de l’Occident ? Telle est la question finale mais essentielle de cet ouvrage.

A suivre…



Pour explorer la pensée de François Jullien, on se reportera aux deux tomes précieux publiés aux éditions du Seuil : La pensée chinoise dans le miroir de la philosophie, 2007 et La philosophie inquiétée par la philosophie chinoise, 2009. Les deux opus regroupent les publications majeures du philosophe (Eloge de la fadeur, Le détour et l’accès, Procès ou création, La propension des choses, Figures de l’immanence, Fonder la morale, Traité de l’efficacité ; Conférence sur l’efficacité, Un sage est sans idée, La grande image n’a pas de forme, Le nu impossible, Du temps, Du mal/le négatif, Nourrir sa vie)